Le Maître du logis, Carl Theodor Dreyer (1925)

Tatie et Grosminet

Du skal ære din hustru

le-maitre-du-logis-du-skal-aere-din-hustru-dreyer-1925Année : 1925

Vu le : 22 Octobre 2016

Liens :

lien imdb 7,2 lien iCM TVK Note : 8

Listes :

MyMovies: A-C+

Le silence est d’or

Lim’s favorite comedies

 

Réalisation :

Carl Theodor Dreyer

Avec :

Johannes Meyer
Astrid Holm
Karin Nellemose
Mathilde Nielsen

Tout dans le cinéma (et dans l’art) est histoire de malentendu (et de radotage). Quel est le sujet (voire le genre) du Maître du logis ? Est-ce que c’est un homme qui apprend à respecter sa femme quand elle n’est plus là pour la chouchouter ou lui servir même d’esclave, ou est-ce que c’est les facéties d’une vieille nourrice qui compte bien faire la leçon à l’enfant qu’elle a éduqué et qui est devenu pour les siens un tyran ?

Bref, je me fous de l’aspect « social » ou « moraliste » du film parce qu’il ne s’agit pour moi d’une comédie (qui frise certes avec la satire, mais ça reste très gentillet). On trouve son plaisir en regardant, comme d’habitude, le film qu’on veut voir. Et à y regarder l’affiche originale (où c’est bien la nounou qui apparaît en vedette), il se pourrait bien que pour une fois, ma vision ne soit pas si éloignée de celle de Dreyer. On aurait en quelques sortes ici une variante humoristique du Kammerspielfilm, genre éphémère allemand contemporain du Maître du logis et concentrant son intrigue dans le foyer d’une famille souvent modeste. Ce Dreyer serait un succès paraît-il en France, ayant permis au cinéaste danois de venir y réaliser le film qui éclipsera tous ceux qui précèdent, La Passion de Jeanne d’Arc.

Le début pour être honnête est assez ennuyeux, à moins d’avoir certains penchants sadiques, justement parce qu’il expose une situation difficilement tenable et que la nounou n’est pas encore entrée en action. Mais dès que son show commence, tout est prétexte à se fendre la poire, et on retrouve le talent comique de l’actrice aperçue dans La Quatrième Alliance de Dame Marguerite[1] (elle y joue la servante, où comme dans un bon Molière, sur un malentendu, elle pense que le jeune pasteur lui court après ; elle amuse avec sa vertu un peu forcée). Sans le talent « pantomimesque » de Mathilde Nielsen, le film n’est pas le même, c’est elle qui lance la comédie dès que la femme, fatiguée et malade, se retire chez ses parents. Un peu comme quand dans un épisode de Titi et Grosminet, l’histoire commence dès que Mémé a le dos tourné. Arriver à jouer l’entremetteuse, la nounou faussement sévère, jouer en permanence des regards pour donner à voir, poser un regard bienveillant sur des personnages qui pourraient être antipathiques, comme souvent chez Dreyer, y a une forme de génie à faire ça. Honneur à lui d’avoir ainsi mis en évidence une telle actrice.


[1] La Quatrième Alliance de Dame Marguerite

Publicités