Notes de visionnage 2016

 

 

Octobre – Décembre 2016 / juillet – septembre /

 avril juin / janvier – mars

La Vallée des poupées, Mark Robson (1968)

Valley of the Dolls

Le Coupable, André Antoine (1917)

le-coupable-andre-antoine-1917

Ce monde à part, Vincent Sherman (1959)

The Young Philadelphians

Baccalauréat, Cristian Mungiu

Pas du niveau de 4 mois, 3 semaines, 2 jours, mais joli sac de nœuds à la Asghar Farhadi. Avec un sujet en or, la corruption… La pire, la petite. Qui corrompt un œuf corrompt un bœuf. Et c’est pas le tout de le savoir toute sa vie, encore faut-il, dans un environnement qui pousse à ça, se garder des petites magouilles qu’on est amené à s’autoriser pour protéger les siens. Impossible.

La mort frappe trois fois (Dead Ringer), Paul Henreid (1964)

La mort frappe trois fois (Dead Ringer), Paul Henreid (1964)

La Meurtrière diabolique, William Castle (1964)

La Meurtrière diabolique, William Castle (1964)

La Vieille Dame indique, René Allio (1965)

Jeu et direction d’acteurs exécrables. Description du milieu social et familial plutôt poussive. Satire molle et convenue. Fable brechtienne peut-être, reste qu’elle est se limite à une anecdote mal exploitée. Pas grand-chose à sauver dans ce film.

L’Adversaire, Satyajit Ray (1970)

ladversaire-satyajit-ray-1970

Grand Frère (The Cold Deck), William S. Hart 1917

Grand Frère (The Cold Deck), William S. Hart (1917)

La Demi-Lune rouge, Alexandre Korda (1919)

Absolument rien compris. Trop dense, trop compliqué. Premier film de Korda préservé (en partie seulement). Ennui sidéral.

L’Imprévu, Léonce Perret (1917)

Un Perret très convenu. Triangle amoureux d’un ennui mortel. Jeu d’acteurs à la limite du ridicule (on est dans le pire de la pantomime mélodramatique avec des acteurs de théâtre). Un film pour flatter le public parisien sans aucun doute. Perret, c’est un peu du Guitry avant l’heure, mais du Guitry pas drôle. Le Mystère des roches de Kador, tourné cinq ans plus tôt était déjà bien plus novateur. Ici, peut-on juste profiter des décors. Pour le reste, aucun intérêt. Du roman-photo.

Conversation secrète, Coppola (révision)

L’occasion de voir tout de même que Coppola a pompé les ambiances orwelliennes de son pote Lucas de THX pour certaines séquences, en particulier celle de la convention (amusant d’y voir Harrison Ford faire coucou à la caméra vidéo).

L’ensemble reste dans l’exécution parfaitement brillant. Un travail de montage rarement produit. Dommage que Coppola y ajoute quelques références religieuses qui lui sont sans doute bien personnelles mais qui n’aident pas à rendre le personnage de Gene Hackman sympathique. (Amusant de voir que la pellicule casse à la Cinémathèque pendant une séquence de ré-écoute à la table de « mixage ».)

Wadjda, Haifaa Al-Mansour 2012

C’est gentiment mené mais paradoxalement c’est très, trop, consensuel, trop convenu. On peut comprendre qu’une histoire dans laquelle une gamine rêve de s’offrir un vélo face sensation dans un pays où c’est précisément interdit, localement, c’est donc peut-être très très subversif, mais une histoire doit arriver à transcender le cadre local pour parler plus globalement à tous les spectateurs. La naïveté (pour ne pas dire la bêtise) de la fille, en particulier à la fin quand elle atteint son but, paraît quelque peu forcée. Globalement, c’est encore un paradoxe, cette gamine est un peu trop délurée pour être sympathique (oui, c’est mal, elle pense qu’au fric).

La Maison et le Monde, Satyajit Ray (1984)

la-maison-et-le-monde-ghare-baire-satyajit-ray-1984

Planetarium, Rebecca Zlotowski (2016)

planetarium-rebecca-zlotowski-2016

Maman !, Nobuo Nakagawa (1961)

maman-nobuo-nakagawa-1961

Possession, Andrzej Zulawski (1981)

possession-andrzej-zulawski-1981

L’Expédition, Satyajit Ray (1962)

lexpedition-satyajit-ray-1962

Une auberge à Osaka, Heinosuke Gosho (1954)

une-auberge-a-osaka-osaka-no-yado-heinosuke-gosho-1954

Un petit côté Pays de neige très agréable, mais moins mélodramatique, plus social. Nobuko Otowa (égérie d’abord de Mizoguchi puis de son amoureux Shindô) est exceptionnelle en prostituée (elle échappe à la vulgarité et en fait un personnage habile et tendre, ce qui n’était sans doute pas aisé à déceler dans le roman ou dans le scénario — l’apport précieux des acteurs de génie…).

A Cottage on Dartmoor, Anthony Asquith (1929)

Les dernières bobines du cinéma muet produisaient tout de même de ces pépites… Tout est axé ici sur quelques séquences finement montées. Thriller psychologique presque social avec déjà un petit côté film noir grâce à l’utilisation du flash back.

Bagatelle au Printemps, Kajirô Yamamoto (1949)

bagatelle-au-printemps-kajiro-yamamoto-1949

Adaptation très réussie de Marius de Pagnol. Quelques longueurs au milieu du récit avec des séquences trop bavardes et trop répétitives, mais l’histoire se prêtait finalement assez bien à une transposition.

Black Line (Kurosen chitai), Teruo Ishii (1960)

black-line-kurosen-chitai-teruo-ishii-1960

Une image vivante (Ikiteiru gazô), Yasuki Chiba (1948)

ikiteiru-gazo-yasuki-chiba-1948

Une femme de Meiji, Daisuke Itô (1955)

une-femme-de-meiji-daisuke-ito-1955

Lettre d’amour, Kinuyo Tanaka (1953)

Koibumi

Charley Varrick, Don Siegel (1973)

charley-varrick-don-siegel-1973

Le Lâche (Kapurush), Satyajit Ray (1965)

le-lache-kapurush-satyajit-ray-1965

Kanchenjungha, Satyajit Ray (1962)

kanchenjungha-satyajit-ray-1962

Des jours et des nuits dans la forêt, Satyajit Ray (1970)

des-jours-et-des-nuits-dans-la-foret-satyajit-ray-1970

Rankô (Orgie), Kôji Wakamatsu (1967)

Joli navet. Wakamatsu n’a jamais fait que de la merde. On a ici un bel exemple des prétentieux creuses et du mauvais goût plus que suspect de ce cinéaste étrangement encensé par certains. Quelques rires dans une salle aux trois quarts vides, surtout à la toute fin d’une bêtise affligeante.

La Vie d’un tatoué, Seijun Suzuki (1965)

la-vie-dun-tatoue-seijun-suzuki-1965

Pages arrachées au livre de Satan, Carl Theodor Dreyer (1920)

pages-arrachees-au-livre-de-satan-carl-theodor-dreyer-1920

Le Président (Praesidenten), Carl Theodor Dreyer (1919)

le-president-praesidenten-carl-theodor-dreyer-1919

Les Fiancés de Glomdal, Carl Theodor Dreyer (1926)

les-fiances-de-glomdal-glomdalsbruden-carl-theodor-dreyer-1926

Homeland (Irak année zéro), Abbas Fahdel (2015)

homeland-irak-annee-zero-abbas-fahdel-2015

Le Maître du logis, Dreyer (1925)

le-maitre-du-logis-du-skal-aere-din-hustru-dreyer-1925
Revu Fantasia sur « grand écran ».

Le Lézard noir, Kuro tokage, Kinji Fukasaku (1968)

le-lezard-noir-kuro-tokage-kinji-fukasaku-1968

Mikaël, Carl Theodor Dreyer (1924)

mikael-1924-by-carl-theodor-dreyer

Été violent, Valerio Zurlini (1959)

estate-violenta-ete-violent-valerio-zurlini-1959

Deux Êtres, Dreyer (1945)

deux-etres-1945-carl-theodor-dreyer

La Quatrième Alliance de Dame Marguerite, Carl Theodor Dreyer (1920)

Prästänkan AKA The Parson's Widow

Ordet, Carl Theodor Dreyer (1955)

La Parole

+1 Voir commentaire.

Mädchen in Uniform

Jeunes Filles en uniforme, Leontine Sagan (1931)

Des actrices formidables et une histoire qui fout une claque à toutes les bienséances. Une justesse implacable, à opposer à la lourdeur qui ressort dans la bande annonce d’Olivia avec Edwige Feuillère dans une histoire assez similaire, et projetée juste après le film de Léontine Sagan à la Cinémathèque dans le cadre d’une rétro Gays & Lesbians. Je l’ai en watchlist pourtant, sans doute parce qu’il apparaît dans Une histoire du cinéma français de Claude Beylie (Olivia apparaît également dans le Dictionnaire de jacques Lourcelles). Pas bien de se faire une idée sur une simple BA. Me rappelle en revanche un fort sympathique Claudine à l’école, assez similaire dans le ton, adapté de Colette (qui signe d’ailleurs les dialogues français de l’adaptation de Jeunes Filles en uniforme).

À noter encore que les gros plans, malgré la copie médiocre présentée du film, font prendre conscience de la jeunesse de Dorothea Wieck jouant le personnage de la stricte mais juste professeure… : 24 ans ; tandis que sa camarade jouant Manuella, Hertha Thiele, censée avoir 14 ans dans le film en avait… également 24. Une manière comme une autre de faire croire en leur amour, ou d’y adhérer.

Revu La Rape de Birmanie, +1, note 7. Des longueurs, on appuie un peu trop dans le pathos à mon goût, mais l’exécution est pleine de maîtrise.

Gabriel au-dessus de la Maison-Blanche, Gregory La Cava (1933)

gabriel-over-the-white-house-gabriel-au-dessus-de-la-maison-blanche-gregory-la-cava-1933

Le film de Dolan (2016)

juste-la-fin-du-monde

Gone Baby Gone, Ben Affleck (2007)

gone-baby-gone-ben-affleck-2007

Winter’s Bone, Debra Granik (2010)

winters-bone-debra-granik-2010

L’Enjeu, Frank Capra (1948)

State of the Union

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.