Les Indispensables du cinéma

Présentation et index des pages

Introduction :

Référencement des films indispensables à voir ou à connaître dans l’histoire du cinéma.

Les films sont disposés par année en y mélangeant tous les genres, classés dans les pages selon une importance historique calculée scientifiquement selon des critères exposés plus bas.

Les astérisques précisent une petite sélection personnelle, « commentaire du film » renvoie, si elle existe, à la page du commentaire sur le site.

 

Index des pages :

L’histoire des films avant Méliès n’est pas pris en compte (à quelques rares exceptions, le référencement ne concerne d’ailleurs que les films narratifs et les documentaires).

Les premières années avant 1910 sont regroupées autour d’une seule page : 1889-1909.

Les pages ne vont pas plus loin que 2000, pour l’instant.

1901 1909 1910
1911 1912 1913 1914 1915 1916 1917 1918 1919 1920
1921 1922 1923 1924 1925 1926 1927 1928 1929 1930
1931 1932 1933 1934 1935 1936 1937 1938 1939 1940
1941 1942 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949 1950
1951 1952 1953 1954 1955 1956 1957 1958 1959 1960
1961 1962 1963 1964 1965 1966 1967 1968 1969 1970
1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980
1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000

 

Principes de calcul :

 

Quand la paresse vient et que les statistiques se trémoussent sur une natte aux abois, deux parieurs professionnels de la maison de Utsukigari se présentent à nos yeux envieux sans que nous sachions précisément qui de l’un ou de l’autre nous avons affaire. Ces deux-là ont inventé cette méthode de tri indispenciel que nous utilisons aujourd’hui sur toutes les nattes du monde. Deux génies, deux principes. Le premier est auteur de la technique dite du bonto et est encore employée par tous les escrocs de la terre ; le second a adapté une technique ancienne qu’il a préférée honnête au contraire de son acolyte, technique connue aujourd’hui sous l’appellation « shifumi ». C’est l’une de ces deux méthodes qui est utilisée ici. Le secret professionnel m’oblige a ne pas en dire plus.

En voici toutefois les principes.

Pour la natte principale d’entrée de jeu, la mise est de 7 à 10. Les rapports d’échelle peuvent être comparés chaque jour sur IMDb mais les cotes comparatives sont fixes et le resteront sauf exception.

Certains rapports sont plus variables et volontairement lâches pour palier à certains biais statistiques propres à la théorie des petits nombreuses développée par nos deux parieurs (et maîtres bonto & shifumi). C’est pourquoi, on trouvera sur certaines nattes intermédiaires des mises allant jusqu’à 5.5.

Les mises pour les nattes anciennes sont limitées à 20, parfois 25, c’est au donneur de choisir, comme c’est à lui de choisir de révéler sur quelle limite il dresse la natte.

Pour les nattes récentes, souvent les plus demandées, le donneur peut fixer la limite à une hauteur plus grande pouvant aller jusqu’à 1 000. Il est libre de distribuer les exceptions sans justification aucune et les parieurs devront agir en conséquence. Les deux maîtres ont instauré cette règle pour que chacun ait bien à l’esprit que les statistiques, loin d’être une science exacte, n’étaient qu’un outil de distribution des cotes et que chacun pouvait en accepter les principes tant que les apparences ne révélaient pas autre chose qu’un respect des valeurs et des proportions exercées sur les mises. Le donneur doit rester mettre du jeu et ne doit surtout pas laisser les participants penser le contraire. Celui qui se prévaudra de la science ou de l’ésotérisme pour dompter la natte en sera pour ses frais.

Les contrats sont toujours au nombre de trois et sont les suivants : long, court ou documentaire. Les deux premiers contrats sont contraires, le troisième est cumulatif à l’un des deux premiers.

Les indices de valeur de coups sont calculés selon la formule suivante :
Mise IMDb x le nombre de contrats courants (bonus de 2 pour les contrats singuliers) x le nombre de surbrillances prioritaires dont on retrouve les cotes sur le site iCM (un autre bonus de 2 est également établi pour les surbrillances singulières).

Les 91 nattes n’ayant pas été composées à la même date, ni avec les mêmes critères ou les mêmes donneurs, il est impossible de comparer les résultats d’une natte à l’autre. C’est là encore un moyen de limiter les fraudes.

 

Publicités